Encadrement légal du portage salarial

Une manipulation de l’intérim : Les sociétés du SNEPS, syndicat le plus ancien et le plus représentatif du portage salarial, se sont très vivement insurgées contre les manoeuvres du lobby de l'intérim (Prisme) qui, dans le cadre de l'accord du 11 janvier 2008 sur la "modernisation du marché du travail", a fait qualifier le portage salarial d'activité triangulaire et illégale et s'est fait désigner sans la moindre concertation pour réguler à sa mesure une profession pourtant déjà régie par un accord sectoriel de branche signé en 2007, par trois syndicats majoritaires (CFTC, CFTDT, CFE-CGC) et dûment enregistré par le ministère du travail.

Encadrement légal du portage salarial

Une manipulation de l’intérim : Les sociétés du SNEPS, syndicat le plus ancien et le plus représentatif du portage salarial, se sont très vivement insurgées contre les manoeuvres du lobby de l’intérim (Prisme) qui, dans le cadre de l’accord du 11 janvier 2008 sur la “modernisation du marché du travail”, a fait qualifier le portage salarial d’activité triangulaire et illégale et s’est fait désigner sans la moindre concertation pour réguler à sa mesure une profession pourtant déjà régie par un accord sectoriel de branche signé en 2007, par trois syndicats majoritaires (CFTC, CFTDT, CFE-CGC) et dûment enregistré par le ministère du travail.

L’OPPS (observatoire paritaire du portage salarial), seule entité indépendante et paritaire existant sur ce secteur qui emploie environ dix mille personnes, sera vigilant à ce « qu'[on] laisse une place au portage salarial organisé par la branche conseil (ou tout autre branche) et se propose d’apporter son concours et son expérience dans l’intérêt collectif. »

La CFTC a elle aussi fait part de ses “inquiétudes” sur le fait « d’écarter des discussions les entreprises réalisant exclusivement du portage salarial, pour confier celles-ci à une branche non concernée par cette forme d’emploi… »

Crédit visuel : © bloomua – Fotolia.com